Kinshasa, le 10 septembre 2010 – DIA - Au moins 302 personnes ont été victimes de viol, parmi lesquelles 235 femmes, 13 hommes 55 enfants dont 3 garçons sur l’axe Mpofi-Kibua, territoire de Walikale dans la Province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (Rdc), après l’attaque de 15 villages dans cette partie du pays pendant la période du 31 juillet au 2 août 2010.

Voilà ce qui ressort de l’enquête spéciale menée par le Bureau conjoint des Nations unies au droit de l’homme (Bcndh) du 25 août au 2 septembre dernier au sujet de ces violations de droit de l’homme qui auraient été commises par une coalition d’éléments armés des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr), des Maï Maï Cheka et autres, rapporte le porte parole de la Monusco.



Madnodje Mounoubai l’a dit le 8 septembre 2010 au cours de la conférence de presse qu’il a tenue au quartier général de la Monusco à Kinshasa. Il ressort également qu’au moins 923 maisons et 42 boutiques ont été pillées et 116 civils enlevés et soumis à des travaux forcés pendant ces attaques, indique la même source.



Suite à cette recrudescence de l’insécurité, et face à l’augmentation observée des activités des groupes armés dans les territoires de Walikale et de Masisi, l’opération « Shop window » a été lancée le 1er septembre dernier dans les zones de Pinga, Kibua et Walikale par la mission onusienne. Une opération qui, soutient la Monusco , « vise à rassurer la population et de démontrer son engagement à utiliser toutes les ressources à sa disposition pour remplir son mandat de protection », précise t-on. La mission onusienne indique que cette opération initialement planifiée pour se dérouler du 1er au 6 septembre 2010 va se poursuivre jusqu’au 15 septembre prochain et s’étend sur une superficie de 4000 Km2 englobant ainsi la totalité des localités récemment affectées par les actes de pillage et de viols massifs.



Le plan d’action de cette opération consiste à mettre sur pied des bases légères de déploiement temporaire à partir desquelles les patrouilles sont organisés afin, entre autre, de dissuader toutes formes d’agression contre les populations. Il est aussi question pour les troupes de la Monusco de recueillir des informations sur les groupes armés en vue de toujours mieux contrer leurs actions criminelles. Au total 8 bases sur les 9 prévues sont déjà en place et 355 soldats sont déployés, souvent appuyés par les hélicoptères armés. A la date du 6 septembre, 165 patrouilles et 21 sorties d’hélicoptère ont été conduite, indique la Monusco.



Toujours en rapport aux questions de droits de l’homme, mais cette fois dans la province Orientale, le Bcndh a été informé de l’enlèvement de 10 personnes le 28 août 2010, par les éléments armés qui appartiendraient à l’Armée de résistance du Seigneur (Lra), à environ 3 km au Sud ouest de Duru, situé à 105 km de Dungu, dans le district de Haut-Uélé. A en croire la Monusco , trois d’entre ces personnes ont été retrouvées mortes par la suite.