Au Nord-Kivu, à l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), une embuscade des rebelles hutus des FDLR a fait 21 morts... tous civils. Radio Okapi indique qu'un véhicule de commerçants de la région de Walikale a été pillé par des miliciens FDLR, avant de tuer tous les occupants.

Image 3.png
Des centaines de viols systématiques et de violentes attaques rebelles ont frappé le territoire de Walikale ces derniers mois. Les Nations-Unies ont déjà fait état de 303 civils violés entre le 30 juillet et le 2 août 2010. L'embuscade des commerçants à Mungazi montre une fois de plus que la situation sécuritaire dans l'Est de la RD Congo est loin d'être sous contrôle, tant des aurorités congolaises que des casques bleus de la Monusco.

La présence des rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) constitue le premier facteur de déstabilisation à l'Est de la République démocratique du Congo. Les racines de ce mouvement sont les conséquences du génocide rwandais de 1994. Les FDLR se composent d’anciens membres de l’armée du président rwandais Juvénal Habyarimana (FAR) et de miliciens Interahamwe. Après avoir été mis en déroute par les soldats du président Paul Kagamé à la suite du génocide, ils s’étaient regroupés en RDC pour fomenter une reprise du pouvoir à Kigali, en formant un groupe armé qui a finalement donné naissance aux FDLR. L’ancien président congolais Laurent-Désiré Kabila a conclu une alliance avec les FDLR pour lutter contre l’influence de Kigali dans l’est du Congo après 1998 et certains membres ont intégré son armée. Mais Joseph Kabila, son fils, aujourd’hui à la tête de l’Etat congolais, a autorisé les troupes rwandaises à pénétrer en RDC en 2009 pour traquer les FDLR. Selon les estimations des sources du secteur onusien de la sécurité, les FDLR comptent aujourd’hui 3 000 hommes, contre 6 000 en 2009.

Christophe Rigaud