Honoré Ngbanda venait pourtant à peine de les prévenir

On ne libère pas un pays un pays occupé de force en acceptant de s’engager aux élections conçues, financées, organisées et contrôlées par les mêmes forces d’occupation. C’est une vue de l’esprit. Une pure utopie! L’APARECO et son président national l’ont dit et répété maintes fois à qui veut les entendre, mais certains trouvent chaque fois des arguments fallacieux pour justifier l’injustifiable. Il y a à peine une semaine, dans l’interview accordée à Réveil-FM de Freddy Mulongo , le lundi 31 janvier 2011, et répondant aux critiques et remarques de ceux des congolais qui lui reprochaient son silence et son indifférence au retour au pays du président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, le leader de l’APARECO Monsieur Honoré Ngbanda s’est expliqué :

«

J’estime que Mr Etienne Tshisekedi est mon aîné en tout point de vue : il a commencé la politique avec Mobutu bien avant moi dans les années 60, je n’étais encore que sur les bancs de l’école. Ils ont créé le MPR et l’ont imposé aux zaïrois avec Mobutu dans les années 70, j’étais encore étudiant. Il a beaucoup plus d’expérience que moi, car il connaît mieux que quiconque les dessous des cartes de cette campagne d’occupation de la RDC en 1996 et ses conséquences aujourd’hui. S’il décide malgré tout de faire confiance au pouvoir d’occupation en place à Kinshasa et d’aller concourir aux élections avec lui, je ne peux que respecter son choix et le regarder faire. Je n’ai pas la science infuse

». «Toutefois, je reste persuadé que le leader maximo connaîtra des moments très difficiles avec l’UDPS, car «Joseph Kabila» a profité des divisions et des rivalités au sein de ce parti pour le miner sérieusement. N’oubliez pas que j’ai des antennes au sein du système «Kabila». Et croyez-moi, dans les jours qui viennent, vous allez assister à un ouragan qui va souffler au sein de l’UDPS pour tenter de l’imploser. C’est l’oeuvre de l’imposteur rwandais au pouvoir. Des dispositions sont déjà prises pour paralyser Etienne Tshisekedi et son aile, tandis qu’une aile en gestation lancera une autre UDPS made by Kanambe. Mais, l’étiquette sera invisible à l’oeil nu ! Nous avons pris soin de prévenir certains cadres de l’UDPS de ce complot. » Mr BELTCHIKA, une scission s’est créée au sein du parti avec Mr MUTANDA comme Secrétaire Général de l’Aile de LIMETE (siège reconnu du Parti) et Mr BELTCHIKA comme leader reconnu de l’Aile dite de RIGHINI (en référence avec la résidence privée de Mr BELTCHIKA où s’était tenu le « congrès » de 2009) UDPS/N (Union pour la Démocratie et le Progrès Social – Nationale). Selon un membre très proche de Beltchika, les statuts et les règlements d’ordre intérieur, les armoiries ainsi que les devises de ce nouveau parti avaient déjà été créés, adoptées et prêtes à être divulgués quand, samedi le 22 janvier, une notification de l’Hôtel de Ville de Kinshasa vint leur annoncer la notarisation du Rapport Final du Premier Congrès de l’UDPS tenu en mai 2009. Une donne du pouvoir qui changea complètement l’évolution du conflit, car l’aile dissidente devenait d’office le propriétaire légale de la marque UDPS ! Résolution du Conseil National de l’UDPS du 3 février 2011 » que nous reproduisons ci-dessous n’est qu’une suite logique d’un processus en cours. Comme « Kabila » redoutait la réaction violente du peuple congolais face à son projet de limiter à 70 ans l’âge de tout candidat à la magistrature suprême pour écarter Ya Tshitshi, le conflit interne au sein de l’UDPS lui offre une bonne ouverture pour imploser ce parti et du coup priver son rival Tshisekedi d’un parti légal et reconnu par la loi. L’examen du document que nous reproduisons ci-dessous, et dont La Prospérité affirme en avoir obtenu la confirmation auprès de François-Xavier Beltchika en dit long :

Conseil National de l’UDPS

Résolution n°…/UDPS/CN/011 du 3 février relative au constat du refus du Président National de l’Udps de prendre possession des fonctions statutaires lui dévolues par le Premier Congrès du Parti, tenu à Kinshasa du 15 au 21 avril 2009

Vu les statuts du Parti du 21 avril 2009, spécialement en leurs articles 17, 18, 34, 35, 36, 37, 81 et 82 ;

Vu le Règlement Intérieur du Parti du 19 juin 2009, particulièrement en ses articles 13, 18, 32, 33 et 48 ;

Constatant que le Président National s’est résolument opposé au caractère collégial du Directoire National du Parti (Présidence collégiale) tel que prévu par les articles 24 des statuts du 18 octobre 1994 et 114 du Règlement Intérieur du Parti du 19 juillet 1996, depuis le départ de son collègue, feu Mbuakiem jusqu’à ce jour ;

Considérant que le Collège des Fondateurs, par l’Acte n°001/UDPS/CDF/09 du 10/01/2009 portant désignation de nouveaux membres du Directoire National, a confirmé la nécessité d’assurer au Parti une direction collégiale jusqu’à la tenue du Premier Congrès du Parti ;

Considérant qu’après son retour au pays depuis le 8 décembre 2010, le Président National a refusé toutes les sollicitations et demandes d’audiences directes et indirectes impliquant des voies officielles, de part tant du Collège des Fondateurs que des cadres chargés de la gestion du Parti pendant son absence du pays et que cela a eu pour conséquence faire obstacle au dialogue au sein du Parti, l’une des caractéristiques démocratiques sur laquelle est fondée l’Udps ;

Considérant que le Président National a manifestement refusé d’occuper les fonctions statutaires de sa charge lui confiées par le 1er congrès du Parti convoqué régulièrement par lui-même et en accord avec le Collège des Fondateurs suivant la Décision 72/UDPS/PN/08 du 17 juillet 2008 ;

Considérant, par ailleurs, que ce refus a empêché le Parti d’évoluer normalement dans la ligne politique tracée par le 1er Congrès d’avril 2009 ;

Constatant que ce vide juridique est de nature à paralyser le Parti en cette phase électorale cruciale ;

Considérant qu’en convoquant un deuxième premier Congrès tenu à Kinshasa-Limete, du 11 au 14 décembre 2010, le Président National a violé systémiquement les articles 22, 26, 82 et 83 des statuts du 18 octobre 1994 et 37, 38 et 40 du Règlement Intérieur du 19 juillet 1996, dépassant ainsi le nombre de Premier Congrès prévu par les mêmes statuts ; Constatant également que par l’organisation du Forum irrégulier de Limete, du 11 au 14 décembre 2010, le Président National a créé un autre Parti politique totalement différent de l’UDPS fondée initialement le 15 février 1982 et dont l’organisation est caractérisée par la concentration de tous les pouvoirs entre les mains du Président du Parti qui peut nommer, révoquer, exclure du Parti qui il veut, quand il veut et comme il veut, transformant ainsi l’UDPS propriété collective en une UDPS propriété individuelle. Considérant que le nouveau Parti créé par le Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba s’est contenté de falsifier l’histoire du Parti en ignorant le collège des Fondateurs, tous les autres compagnons de lutte dits cofondateurs, Pionniers et Avant-gardistes ainsi que tous les membres sympathisants et citoyens anonymes qui ont sacrifié le meilleur d’eux-mêmes pour que vive un jour la victoire de l’UDPS ;

Se fondant sur la requête présentée par la Conférence Interfédérale dans une motion de synthèse du 22/01/2011 ;

Vu la nécessité et l’urgence ;

1. le Conseil National du Parti, réuni en session extraordinaire du 28/01/2011 au 03/01/2011, prend acte du refus du Président National, Monsieur Etienne Tshisekedi d’occuper les fonctions du Président  National et considère que le poste du Président National est désormais déclaré définitivement vacant au sein du Parti ;

2. le Secrétaire Permanent et Porte-Parole du Conseil National du Parti est chargé d’exercer les prérogatives du Président National de l’UDPS à titre intérimaire jusqu’à la tenue du Congrès extraordinaire

3. Le Conseil National enjoint son Bureau de convoquer un Congrès extraordinaire dans les meilleurs délais, chargé d’examiner notamment, l’élection du Président National du Parti et l’endossement des candidatures de l’UDPS aux élections générales prévues au cours de cette année. Fait à Kinshasa, le 3 février 2011 Pour la Direction Politique du Parti

L’avenir seul nous dira quelles sont les chances de l’UDPS de se relever véritablement de cette nouvelle affaire. Mais toutes ces manoeuvres donnent une fois de plus un aperçu du type d’embuches auxquelles peuvent être confronter ceux qui souhaitent encore participer à ce scrutin organisé par un pouvoir d’occupation qui utilisera tous les stratagèmes, y compris les plus extrêmes, pour maintenir son emprise sur nos institutions. Heureusement, les patriotes congolais dont les rangs grossissent chaque jour en RDC ne croient plus à la supercherie des élections et concentrent plutôt toutes leurs énergies pour bouter dehors par tous les moyens imaginables ce pouvoir sanglant d’occupation.

Paris, le 5 Février 2011

                            Candide OKEKE

Mais après ces explications, Monsieur Honoré Ngbanda, toujours bien informé, concluait sa réponse par cet avertissement:

Depuis l’organisation en mai 2009 du Premier Congrès de l’UDPS [sur autorisation du président Etienne Tshisekedi – selon les organisateurs dudit congrès] par une aile du parti dirigée par

Cette scission a été entretenue et maintenue pendant tout le temps du séjour à l’étranger de Mr Tshisekedi, pour raison de santé. Malheureusement à son retour au pays en décembre 2010, la réconciliation et l’unité tant souhaitée par les militants de la base n’auront pas eu lieu. Les membres de l’aile BELTCHIKA rendent le leader maximo responsable de cette situation car, disent-ils, ils s’attendaient à ce que le président national Tshisekedi rassemble les deux tendances du parti pour des concertations de réconciliation. Mais malheureusement, concluent les supporters de Beltchika, toutes les tentatives d’approcher Tshisekedi se sont soldées par des échecs, et même des humiliations. Ce scénario constitue le cadeau rêvé par « Joseph Kabila » pour imploser l’UDS et asphyxier Tshisekedi du dedans. C’est-à-dire en se servant des propres divisions et rivalités au sein de l’UDPS.

Il y a quelques jours, L’oeil du Patriote était informé que les supporters de Monsieur Beltchika s’apprêtaient, au courant de la semaine du 17 au 23 janvier 2011, à annoncer la création officielle d’une nouvelle aile du parti sous le sigle

Ainsi, pour L’oeil du Patriote, la diffusion par La Prospérité du projet de «