7 septembre 1997 – 7 septembre 2010: Il y a 13 ans, mourait le maréchal Mobutu


Il y a 13 ans, jour pour jour, mourait le maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, deuxième président de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre). C’était le 7 septembre 1997 à Rabat, au Maroc.

Les Congolais se souviennent ce mardi 7 septembre, de la mort du maréchal Mobutu Sese Seko. Le deuxième président de la République a laissé aux Congolais moult souvenirs et acquis, dont le plus vivace est l’attachement à la paix, à l’unité et à la stabilité du pays.

Comme les années antérieures, ses familles biologique et politique ont rendu public un programme officiel pour les manifestations commémoratives de la disparition de ce personnage qui a marqué son temps. Ainsi, le vice-Premier ministre, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, Mobutu Nzanga et le député national Mobutu Giala, président national de l’Union des démocrates mobutistes (UDEMO) invitent les membres de la famille et anciens collaborateurs du deuxième président de la République, les députés et sénateurs, ainsi que des représentants des partis politiques et les militants de l’UDEMO de se remémorer les valeurs prônées par Mobutu Sese Seko. Une messe d’action de grâces est prévue ce mardi à 16 heures sur toute l’étendue de la République, selon un communiqué de l’UDEMO.

Joseph-Désiré Mobutu, ancien militaire et journaliste, fut non seulement une grande personnalité politique de l’ex-Zaïre et de l’Afrique, mais il est demeuré jusqu’à sa mort, un fervent chrétien catholique. De son vivant, feu le maréchal Mobutu a eu le privilège d’être reçu au Saint-Siège par le Pape Jean-Paul II à qui lui et tout le peuple avaient réservé un accueil triomphal à Kinshasa, où le Saint-Père avait effectué deux voyages.

LE PEUPLE SE SOUVIENT…

Afin d’apporter des réponses appropriées aux problèmes sociaux qui se posaient au peuple zaïrois de l’époque, feu le maréchal Mobutu avait lancé, en 1977 le « Plan Mobutu » et le 5 décembre 1984 «le Septennat du social». Il avait alors sillonné le pays en effectuant 559 visites dans les 9 régions du pays. Quelques-unes de ses réalisations sont les suivantes : le Palais du peuple, le barrage d’Inga, le stade des Martyrs, la sidérurgie de Maluku, la Gecamines, le Pont Maréchal Mobutu de Matadi, la Cité de l’Union africaine, la cite de la Voix du Zaïre (actuelle RTNC), les buildings CCIZ, etc.

Sur le plan politique, après avoir consolidé le socle de notre Nation, Feu le président Mobutu a lancé, le 24 avril 1990, un processus qui se matérialise et se confirme plus d’une dizaine d’années après son décès par l’organisation prochaine de deuxièmes élections générales pluralistes en RDC.

Pour feu le maréchal Mobutu, la paix, l’unité du pays et l’intégrité territoriale étaient le leitmotiv de sa politique et elles étaient non négociables. Après 32 ans de règne, Mobutu voulait encore garder son fauteuil. Mais miné dans ses derniers jours par la maladie, le Maréchal n’a pu sauver son régime en mai 1997. Devant la poussée des événements, il a été contraint à l’exil. Et, c’est le roi Hassan II du Maroc qui lui a offert l’asile. Moins de quatre mois après sa chute, il s’est éteint le 7 septembre 1997 dans la capitale chérifienne. Officiellement, il avait 67 ans. C’est au cimetière chrétien de Rabat, capitale du Royaume du Maroc, que repose en paix jusqu’à ce jour le Maréchal, président de la République du Zaïre.